L'Écriture Benesh

Benesh Movement Notation : un système pour décrire et analyser le mouvement.

L'écriture Benesh est un système d'écriture pour analyser le mouvement, l'étudier et le transmettre. C'est également un outil de création et d'aide à la composition. Support à l'interprétation et support de mémoire, l'écriture Benesh contribue à la recherche et à la préservation du patrimoine des arts vivants. Elle apporte au pédagogue les moyens d'enrichir sa démarche de transmission, en terme de lecture du corps en mouvement, d'analyse du geste, et d'accès au répertoire chorégraphique..

En créant son système en 1955, Rudolf Benesh a eu pour objectif de doter tout praticien du mouvement d'un outil de mémoire simple, précis et efficace. Il conçoit son écriture à partir d'une approche linguistique. Il s'agit de lire et écrire le mouvement à l'aide d'un langage qui a été spécifiquement créé pour cet usage.

[...] you are not reading the notation as such, any more than you are reading an alphabet when reading this page : you are reading a language. In the case of the movement notation, you will be reading a movement language.
Rudolf et Joan Benesh, Reading Dance : The Birth of Choreology, London, Souvenir Press, 1977
[…] vous ne lisez pas plus de la notation en tant que tel que vous ne lisez un alphabet en lisant cette page : vous lisez une langue. Dans le cas d'une notation du mouvement, vous lirez un langage du mouvement.

Un métier : Choréologue Benesh

L'efficacité du système a contribué à la naissance d'un nouveau métier au sein de compagnies de répertoire : Benesh choreologist, en français Choréologue Benesh. Cette dénomination identifie un savoir-faire lié à la réalisation de partitions et à la transmission à partir de partitions, ainsi que pour l'enseignement du système.

Le rayonnement de l'écriture Benesh dans le monde

Dès la publication du système en 1955, Dame Ninette de Valois, directrice du Saddler's Wells Ballet (l'actuel Royal Ballet), engage la première choréologue Benesh pour noter ses créations, assurer les reprises de rôles et la transmission du répertoire. Dans le même temps, elle inscrit l'apprentissage de l'écriture Benesh au programme de l'école de danse du Royal Ballet.

Le Royal Ballet fut un réel vivier de chorégraphes qui dirigèrent, et dirigent encore, des compagnies de répertoire au Royaume-Uni, en Allemagne, en Scandinavie, Belgique, Pays-Bas. Tout naturellement, ces chorégraphes engagent au sein de leur équipe artistique un, voire deux choréologues. Les directeurs de compagnies des pays membres du Commonwealth, d’Australie, de Nouvelle Zélande, d’Afrique du sud, du Canada comprennent à leur tour l’intérêt et le service rendu par la notation du mouvement et créent à leur tour des postes de choréologues. Suivront une compagnie en Israël, en Belgique et aux Pays-Bas.

L'écriture Benesh en France

En France, seul le Ballet Preljocaj a recours au service d’une choréologue en permanence et cela dès 1992. Angelin Preljocaj croit en la notation et il n’en éprouve aucune contrainte,

Que ce soit lors de la phase de création ou lors de reprises de rôles, si mon désir est de changer un pas, la notation m’en laisse totalement libre. La rigueur de cet exercice m’offre, paradoxalement, une total liberté. Angelin Preljocaj, « Préface » In Angelin Preljocaj de la création à la mémoire de la danse, Les Belles Lettres / Archimbaud, Paris, 2011.
Ses trois assistants, dont deux formés au Conservatoire de Paris, lisent et utilisent les partitions pour les répétitions et pour assurer les transmissions.

Auparavant, au milieu des années 1980, Régine Chopinot, chorégraphe de la Nouvelle danse, avait eu une démarche similaire, plutôt par une curiosité analytique et un goût de la confrontation. Michèle Prélonge, elle-même partenaire artistique essentielle dans le parcours de Chopinot, se souvient de la capacité de la notatrice à

questionner la forme du mouvement, son intensité, son intention. [La notatrice] était une interlocutrice à part entière. Annie Suquet, Chopinot, Cenomane, Le Mans, 2010
En 1995, s’ouvre la formation à la notation du mouvement Benesh au Conservatoire de Paris.

En 2006, le Ministère de la Culture et de la Communication met en place un dispositif « d’aide à la recherche et au patrimoine en danse» ainsi qu’un dispositif «danse en amateur». Ces actions contribuent à promouvoir l’usage des partitions existantes et d’en réaliser de nouvelles qui témoignent des courants actuels.

Un patrimoine chorégraphique

En l’espace d’un peu plus d’un demi-siècle, la notation Benesh a enregistré un patrimoine qui s’étend du XVIIIeme siècle à nos jours. Les partitions Benesh rassemblent les œuvres de plus de 300 chorégraphes, et témoignent pour certains d'entre-eux de l’entièreté de leur œuvre. Lors du dernier recensement réalisé en 1998, le Benesh Institute, aujourd'hui Benesh International, avait déjà répertorié à travers le monde plus de 1750 partitions chorégraphiques en notation Benesh.

Les partitions Benesh témoignent de la période de création, mais aussi de reprises ultérieures présentées en d’autres lieux. Ainsi, le notateur bénéficie du temps de gestation de la pièce, de l’enseignement du chorégraphe au même titre que les danseurs. Il a souvent pour mission de remonter les créations du chorégraphe pour d’autres compagnies. Reconnu comme répétiteur, il prépare les danseurs jusqu’à la venue du créateur qui donne alors la touche finale. Mais il n’est pas rare que le chorégraphe lui confie la responsabilité de la production jusqu’à la première.

Ainsi l'écriture Benesh contribue à l’analyse des œuvres, à l’étude comparative de l’organisation corporelle et de la perception du corps suivant les époques, lieux géographiques et contextes sociaux.

Pour prolonger le sujet

Publications

Reading dance Birth of Choreology

Livre Fondateur de Rudolf & Joan Benesh 1977 | Contenu

Reading dance The Birth of Choreoloy Au sommaire : Meaning of choreology - Application to Ballet, Modern Dance, Folk Dance and to Indian Dance - Introduction to Composition - Linguistic : Notation and language | Souvenir Press London 1977
Angelin Preljocaj

Angelin Preljocaj De la création à la mémoire de la danse Dany Lévêque 2011 | Contenu

Angelin Preljocaj De la création à la mémoire de la danse. Dany Lévêque raconte son utilisation quotidienne de l'écriture Benesh au sein du Ballet Preljocaj. Le lecteur découvre ainsi le métier de choréologue au quotidien.
Les Belles Lettres / Archimbaud 2011.

Articles

Comment la notation Benesh relève et révèle l’interprétation
Eliane Mirzabekiantz.

Choréologue Benesh : un métier au coeur de la transmission des oeuvres chorégraphiques
Éliane Mirzabekiantz
Romain Panassié

Video

Sandrine Leroy

témoigne des différents aspects de son travail au Het Nationale Ballet.

Alison Sandgren

témoigne de ses 32 années au Royal Swedish Opera.

Georgette Tzinguirides

Seit unglaublichen 70 Jahren arbeitet die Deutsch-Griechin beim Stuttgarter Ballett.

Amanda Eyles

in action as she stages Wayne McGregor's and hear about her approach with Benesh Movement Notation.