Historique

Le système Benesh

La notation Benesh a pour objectif de figurer le schéma corporel dans l’espace, tout en reproduisant la trajectoire du mouvement dans le temps.

Mouvements décrits en écriture Benesh

Écriture Benesh

Figure 1 - agrandir

Concept du mouvement

Une chronophotographie
Chronophotographie

Figure 2 - agrandir

A la recherche d’un concept visuel, Rudolf Benesh se penche sur les chronophotographies d’Etienne-Jules Marey, un des pionniers de la photographie.

Rudolf Benesh en tire l’idée de représenter le mouvement en captant les instants-clef, ou « key-frames » terme usité pour les montages de film. De l’infinité des positions intermédiaires, il ne retiendra que ce que l’œil perçoit et le transcrit sous forme de traits continus.

Le concept du mouvement

Concept du mouvement

Figure 3 - agrandir

Haut ^

Mise en écriture

Le concept du mouvement ainsi établi, Benesh s’impose trois critères prioritaires :
« simplicité, précision, efficacité ».

La portée et le sens de la lecture
La portée et le sens de la lecture

Figure 4 - agrandir

Pour y arriver, il cherche le mode de figuration du corps le plus économe. Il se réfère à « l’Homme de Vitruve » de Leonard De Vinci et trace cinq lignes par dessus le schéma corporel.

Il retrouve ainsi une portée analogue à la portée musicale qui se lit de gauche à droite ce qui correspond à notre représentation du déroulement du temps.

Rudolf Benesh peut dès à présent réduire le schéma corporel à l’essentiel.

Le corps est figuré par de simples signes

les signes

Figure 5 - agrandir

Il ne retient que les extrémités, les articulations et les segments qui, représentés par des signes distinctifs se placeront sur la portée.

Toujours dans un souci de simplicité et de clarté maximales, il choisit d’édifier cet alphabet sur trois signes élémentaires : le trait vertical, le trait horizontal et le point.

Les trois signes de base

les trois signes de base

Figure 6 - agrandir

Sujets à de multiples transformations, ces trois signes sont le départ d'un alphabet évolutif. Diversements modifiés, ils traduisent toutes les modifications corporelles dans les trois dimensions

Les trois dimensions du corps
Le corps en trois dimensions

Figure 7 - agrandir

Par exemple ces trois premiers signes situent les extrémités dans les trois plans du corps : en avant , dans le plan et en arrière du corps.

Signes communs aux pieds et aux mains, ils figurent l’un ou l’autre dès qu’ils sont placés sur la portée.

Figure 8 - agrandir

Devenues de simples pictogrammes, les figures sont désormais des épures cinétiques.

Figure 9 - agrandir

Rudolf Benesh organise la portée afin de pouvoir distinguer aisément l'action du corps humain dans le temps et dans l'espace.

Figure 10 - agrandir

Les détails de mouvements tels que le regard, la tonicité musculaire, les intentions, une suspension, un sourire... s'inscrivent également au-dessus de la portée.
L'écriture Benesh peut ainsi atteindre un haut degré de complexité et de précision tout en étant simple, précis et concis.

Figure 11 - agrandir

Haut ^

Mise en pratique

Nous vous invitons à visiter notre deuxième site conçu pour un apprentissage ludique et instinctif du système.

En complément

#1 Concept du mouvement

Comment capter le mouvement ?

Par instants-clef selon le principe du dessin animé
et du cinema

#2 Mise en écriture

Comment transcrire ce concept du mouvement?

En représentant le schémat du corps par une économie de signes

#3 Temps et Espace

Comment assurer les concordances temporelles et spatiales ?

En organisant la portée de cinq lignes


Lire une partition

The BMN score

La lecture d'une partition explicitée en anglais par le Benesh International